Amandine et le potentiel caché

le Post Du Mercredi #13

Amandine Petit Miss France 2021

Crédit photo : DR

Avec les #PostDuMercredi, je vous amène à prendre conscience de l’impact qu’a un vêtement, une tenue, dans vos relations aux autres. Comment, par un simple vêtement, il vous est possible de donner envie de vous faire entendre ou à l’inverse, vous faire totalement oublier.

Comment, si vous avez tendance à le subir aujourd’hui, vous pouvez commencer à en jouer demain.

Pour cela, je vous commente les tenues de personnalités publiques.
Le genre de personnalités sur lequel nous aimons projeter nos en-vies de pouvoir, de beauté, de notoriété aussi.

Ces décryptages, qui déshabillent aussi bien les hommes que les femmes, ont pour vocation de permettre à chacun.e d’habituer son oeil à reconnaître le beau, l’assorti, le bien assemblé, le coordonné.
Celui qui, nécessairement, saura vous mettre en valeur. Quelles que soient les circonstances que la vie vous fait traverser, quand bien même vous seriez un peu fatigué.e, un peu secoué.e.
Pour vous permettre d’impacter vos interlocuteurs, avec justesse et accompagner au mieux vos intentions.

Je vous parle aujourd’hui d’Amandine Petit, Miss Normandie 2020, Miss France 2021.

C’est avec celle qui a remporté le titre de Miss France cette année, que je clos le cycle des déshabillages des 5 finalistes du concours.
Des 5 jeunes femmes dont j’ai analysé l’image, c’est celle que je trouve la plus difficile à appréhender. Comprendre. Voir. Voir qui elle est réellement.

En cherchant de quoi alimenter ce post aujourd’hui, entre photos et informations pour mieux la rencontrer et vous la présenter, j’ai fait le même circuit que pour ses 4 Dauphines. 

Chacune des Dauphines m’avait donné un fil à tirer, une personnalité à révéler, même si par moments, elle était un peu cachée.

Lara Gautier (Lara, si belle et si provocante, parfois), April Benayoum (April, une Miss Provence qui nous fait du bien), Lou-Anne Lorphelin (Lou-Anne, quand elle affiche sa beauté sans se respecter), Aurélie Roux (Aurélie et les deux pouvoirs de beauté).
Chacune m’avait permis de vous donner des clés de mieux aller que vous pouvez utiliser pour vous, chez vous.

Pour Amandine Petit, l’exercice s’est révélé un peu plus compliqué.
D’un article publié au moment de son élection, j’ai tiré l’affirmation qu’Amandine Petit souhaite transmettre des valeurs comme « l’authenticité, la simplicité et l’élégance ».
Des valeurs qui ont du potentiel ! 

Or lorsqu’on cherche des photos d’elle sur les réseaux, que ce soient celles qu’elle publie, ou celles qui sont publiées dans la presse, rares sont celles qui parlent d’elles-mêmes de ces valeurs.
C’est le fil que j’ai décidé de tirer pour vous aujourd’hui.

Aujourd’hui je vous explique comment l’alignement des couleurs et du style de vos vêtements avec votre corps portent (ou non) les valeurs importantes à vos yeux.

Je n’ai aucun doute sur le fait que les valeurs d’authenticité, simplicité et élégance sont importantes aux yeux d’Amandine Petit.
Elles ne transparaissent juste aucunement à travers les images qu’elle montre d’elle.
Or c’est quelque chose de simple à faire.

Voir ses valeurs portées par son image est une simple mise en adéquation des couleurs, du style et la femme.l’homme qui porte le vêtement.

Amandine Petit, je vous le révélais dans l’article qui a déclenché cette « série » autour de l’élection de Miss France, est mise en valeur par les couleurs d’Automne (Miss France et l’élection qui a tenu à un fil).
Blonde aux yeux bleus, les couleurs qui la mettent en valeur sont chaudes, contiennent du jaune, de l’or.
Des beiges, des orangés, des bleus gris, des gris qui tirent sur le kaki, le kaki, l’ocre.

Elle sera, à l’inverse, cachée par toutes les couleurs des palettes « froides » d’hiver et d’été, qui comprennent le fuchsia, le bleu roi, le rouge de Noël, le vert du sapin, les rouges écrasés des géraniums en plein été, le bleu lavande, le bleu ciel, le noir, le blanc.

Amandine Petit est mise en valeur par les couleurs chaudes, et cachée dans les couleurs froides.

Des couleurs froides dans lesquelles on la retrouve pourtant pratiquement sur chacune des photos publiées sur son compte Instagram.

Mettre en avant des valeurs d’authenticité quand on se cache derrière des couleurs qui ne sont pas faites pour soi ? Cela devient compliqué !

En terme de style que peut-on décrypter ?

Miss France 2021 porte toutes les caractéristiques d’un corps qui est mis en valeur par des coupes classiques, sobres et chic.
Comme l’était avant elle Grace de Monaco.

Des femmes qui portent sur elles beaucoup de finesse, de délicatesse, mises en valeur par des coupes sobres et des tissus lourds et plutôt mats.

Or quand on se penche sur les photos publiées sur les réseaux, on observe que dans les tenues retenues, le style choisit a, soit un côté « théâtral » ou « dramatique » : du volume, des tissus qui brillent, les cheveux laissés détachés mais plaqués artificiellement en arrière, des grosses boucles d’oreilles; soit un côté « romantique », avec les cheveux détachés légèrement ondulés ou attachés avec des mèches flottantes portés sur des robes en tulle.

Mettre en avant la simplicité quand on utilise des bijoux très présents, des coiffures très structurées ? Cela devient aussi compliqué.

Si toutes les tenues portées par Amandine Petit sur les clichés qu’elle publie d’elle peuvent être belles en elles-mêmes, aucune ne fonctionne avec sa personnalité à elle.

La conclusion que l’on retire lorsqu’on observe ces photos… c’est que la jeune femme qui porte ces vêtements ne devient qu’un portant à vêtements en mouvement.
Et malheureusement ce genre de tags sur les photos n’arrive pas réellement à nous en dissuader.

Crédit photo : DR

Pourquoi au fond, est-ce dérangeant ?

Personnellement je trouve cela dérangeant parce que je crois qu’Amandine Petit, comme chacune des jeunes femmes qui défilent dans les concours de beauté, a une responsabilité.

Que se passe-t-il inconsciemment pour vous, lorsque vous regardez des photos de ces jeunes femmes très jolies ?

Il peut se mettre en place une comparaison.
Une comparaison entre le visage, le corps que vous regardez, et le vôtre, celui de votre compagne, votre soeur, une amie.

Tout est passé en revue : le visage, la morphologie. 

Vous qui n’êtes pas monté.e sur des podiums des concours de beauté, trouvez mille défauts au corps que la nature vous a donné en comparaison de cette image que vous jugez parfaite.

Le risque est que vous arriviez à une conclusion négative pour vous.

Quelque chose qui s’approche d’un « pas de chance ».

Ce que je crois, c’est que ces femmes qui se donnent à regarder pour leur plastique ont la responsabilité de faire dépasser aux femmes et aux hommes qui les regardent l’idée que si certaines femmes ne sont pas nées jolies, celles-ci ne pourront jamais être belles.

Laisser entendre que si on n’est pas né.e joli.e on n’a aucune chance de devenir beau.belle est faux.

C’est une simple croyance limitante. Qui a la tête très dure.

Chacune.e porte en lui.elle la beauté.
Chacun.e porte en lui.elle un potentiel.

Mon regret est que ces femmes jolies comme des coeurs, à ne montrer que leur plastique parfaite, sans respecter les couleurs et le.s style.s qui les valorisent, ne savent pas faire passer un message d’espérance.

De la même manière que sur les bancs de l’école certains potentiels se révèlent précocement, facilement chez les uns et avec du travail chez les autres, ces potentiels de rayonnement, de bien aller, de beauté, s’ils ne sont pas innés, peuvent se révèlent avec un peu de travail, aussi.
Avec simplement plus de connaissances, plus de conscience sur les clés qui vont révéler la beauté naturelle que chacun.e porte en lui.elle.

Être beau.belle, rayonner, c’est avant tout comprendre les codes.

Les codes de ce qui est attendu du « beau » dans notre société.
Comprendre que tout le monde n’est pas valorisé par toutes les couleurs.

Que le noir va à certain.e.s et pas à d’autres.
Comme le beige.
Comme le fuchsia.
Et le turquoise.
Ou encore le jaune moutarde.
Ou le jaune citron.

Comprendre que sans connaître ces codes, on laisse « la fatalité » décider de si on est beau.belle, ou pas.

L’important à mettre en avant lorsque l’on travaille son image, c’est soi, ses qualités personnelles, uniques; sa lumière intérieure. 

C’est simple à faire, lorsqu’on a appris quelle palette de couleurs nous révèle naturellement, réalisé qu’il existe différentes morphologies des corps, comment on peut jouer avec les illusions d’optique pour tirer le regard sur le beau de chaque corps ou encore comment une matière de vêtement porte ou, au contraire, éteint. 

Une fois cette connaissance acquise, un corps n’est plus jamais trop petit, gros, grand, maigre; un visage ou une silhouette manquant de charme.
Il est dans sa justesse et c’est cela qui rend beau.belle.
Pas le fait d’être né.e joli.e.

En choisissant de se montrer elle, si jolie, dans des vêtements qui ne lui vont pas fondamentalement, Amandine Petit envoie le message subliminal qu’il faut être jolie au départ, pour pouvoir avoir l’air belle à l’arrivée.

Et je suis aujourd’hui dépitée de toutes ces jeunes femmes si jolies, qui nous renvoient simplement leur propre méconnaissance.
Qu’en la renvoyant, elles ne permettent à aucune jeune fille qui se sentirait un peu complexée de s’autoriser à rêver qu’elle va, elle aussi à force de comprendre et décoder, pourvoir s’offrir non pas le luxe, mais le plaisir naturel, nécessaire, vital, et facile d’accès, de se sentir belle.

Amandine Petit, April Benayoum, Lara Gautier, Lou-Anne Lorphelin, Aurélie Roux… j’aimerais tellement vous voir prendre cette responsabilité de montrer aux jeunes filles de notre pays qu’être belle ce n’est pas simplement être jolie !

Être belle est quelque chose qui se travaille, se peaufine, s’affine et n’est en rien quelque chose d’inné tombé du ciel !

Allez-vous choisir un jour de vous engager pour que chaque femme de ce pays se sente belle à vos côtés, et non pas diminuée par ce que vous leur renvoyez ?

.

Si vous souhaitez découvrir la palette des couleurs qui vous met en valeur, je vous retrouve avec plaisir lors du prochain atelier colorimétrie.
Vous pourrez le faire suivre d’un atelier morphologie l’après-midi.
Retrouvez les infos pratiques ici.

Si vous souhaitez lâcher, libérer des tensions, des stress, les fausses représentations que vous entretenez sur votre corps et l’image que vous percevez de vous dans votre miroir, je vous reçois pour des séances énergétiques de Reiki ou Access Bars. Contactez-moi pour plus d’info.

.

Dans le prochain article, je décrypterai pour vous l’image de Rossy de Palma, l’égérie de Pedro Almodovar.
Une femme que la nature a doté d’un physique que nos canons de beauté qualifient d’ingrat.

Une femme qui sait aussi bien se montrer laide que belle.
Je décrypterai pour vous l’image de Rossy de Palma, pour continuer à vous montrer que la beauté n’a rien à voir avec être jolie.
Que la beauté et le rayonnement se travaillent.  

Qu’il  s’agit uniquement de respect de couleurs, de style.s et de matières qui  valorisent.
Et qu’ainsi, une femme au physique « ingrat » peut alors même être superbe.

À PROPOS DE CÉCILE KRÉE

Nous sommes tous et toutes différent.e.s. Et nous vivons dans un monde totalement normé. Notamment lorsqu’il s’agit de nous habiller.

C’est en comprenant l’intrication des hors de la norme corporels, sensoriels et intellectuels, que j’ai buté sur les limites du conseil en image, fait de règles un peu vite faites.
Car si on comprend facilement que le hors de la norme physique demande des adaptations de coupe, on ignore qu’il s’accompagne souvent de hors de la norme sensoriels. Qu’une hypersensibilité émotionnelle est très souvent accompagnée d’une hypersensorialité, qui place les sens en éveil perpétuel. On ignore généralement l’impact que cela a dès que l’on porte un vêtement sur soi, dans nos rapports à notre corps, mais aussi dans nos rapports aux autres.

C’est parce que j’ai trouvé cette intrication passionnante et pourtant rarement documentée, que je vous partage mes découvertes, mes analyses.

Bienvenue dans mon univers, où le vêtement et l’accessoire portent avec vous, vos valeurs, vos idées, vos projets.

JE M’INSCRIS A LA NEWSLETTER

RESTONS EN CONTACT