April, une Miss Provence
qui nous fait du bien

le Post Du Mercredi #7

April Benayoum Colorimétrie Relooking

Crédit photo : Evygraph

Avec les #PostDuMercredi, je vous amène à prendre conscience de l’impact qu’a un vêtement, une tenue, dans vos relations aux autres. Comment, par un simple vêtement, il vous est possible de donner envie de vous faire entendre ou à l’inverse, vous faire totalement oublier.

Comment, si vous avez tendance à le subir aujourd’hui, vous pouvez commencer à en jouer demain.

Pour cela, je vous commente les tenues de personnalités publiques.
Le genre de personnalités sur lequel nous aimons projeter nos en-vies de pouvoir, de beauté, de notoriété aussi.

Ces décryptages, qui déshabillent aussi bien les hommes que les femmes, ont pour vocation de permettre à chacun.e d’habituer son oeil à reconnaître le beau, l’assorti, le bien assemblé, le coordonné.
Celui qui, nécessairement, saura vous mettre en valeur. Quelles que soient les circonstances que la vie vous fait traverser, quand bien même vous seriez un peu fatigué.e, un peu secoué.e.
Pour vous permettre d’impacter vos interlocuteurs, avec justesse et accompagner au mieux vos intentions.

Je vous parle aujourd’hui d’April Benayoum,
Miss Provence 2020, 1ère Dauphine de Miss France 2021.

Une jeune femme que j’ai découverte à l’occasion de sa chute au pied du podium de Miss France. Une jeune femme superbe, solaire, belle, à la plastique parfaite.
1ère Dauphine de Miss France donc et par un raccourci un peu rapide, on peut dire d’elle qu’elle est la 2ème plus jolie jeune fille de France en 2020.

Alors me direz-vous… pourquoi s’attarder sur l’image d’une jeune femme si parfaite ?

Comment pouvons-nous nous reconnaître nous qui nous trouvons souvent si banal.e.s dans l’image d’une jeune femme qui nous ferait plutôt pâlir d’envie ?

Car, soyons honnêtes, où qu’on la regarde, elle est jolie, souriante, belle.
Elle a pour elle l’élan et l’allure de la jeunesse, pour elle une plastique magnifique.
On pourrait dire d’elle qu’elle a tout pour elle.

Et c’est justement parce qu’on pourrait dire d’elle et de ses consoeurs Miss, Dauphines de Miss France, qu’elles ont tout pour elles que je veux vous montrer par et à travers elles, dont on n’a rien à dire sur le corps, la plastique, la perfection du visage, en quoi un vêtement, une mauvaise couleur, impactent le regard. 

Vous aurez compris que ce qui m’intéresse dans le rapport que vous entretenez à votre image, c’est de vous permettre de sortir du jugement que vous portez sur vous, sur votre corps.

Vous permettre d’envisager tout le champs des possibles sur lequel vous ne posez même pas les yeux aujourd’hui, tellement vous êtes pris.e par le regard critique que vous portez incessamment sur votre corps, ses formes, votre visage, sa peut-être mauvaise mine ce matin au réveil.

Vous aurez compris que ce qui m’intéresse avant tout c’est de vous montrer juste que vous êtes parfait.e comme vous êtes. 

Vous aurez compris que ce qui m’intéresse c’est de vous amener à la conscience que s’habiller, trouver les bons accessoires, le bon maquillage, s’apprêter pour se mettre en valeur, est un simple jeu dont on ne vous a pas appris les règles.
Les règles du JE(u).

Aujourd’hui, lorsque je discute de ce sujet avec vous, j’entends beaucoup de fatalisme.
J’entends souvent que de toute façon, vous devez faire avec. Que vous n’avez pas le choix. Pas nécessairement un portefeuille assez garni pour vous offrir plus. Ou mieux, en qualité.
Ce que j’aimerais vraiment vous faire envisager c’est que rien, de l’image que vous projetez, ne dépend réellement de quantité dans votre placard. Ni de qualité de vêtements, ni donc, de marques.

Ce que je souhaite vous faire envisager, c’est que la seule chose importante qu’il convient de faire quand vous vous habillez, c’est de respecter et accompagner ce que la nature vous a donné.

Aujourd’hui, je me sers de l’image d’une femme dont le regard m’a envoûtée pour vous expliquer que rien, dans ce que vous projetez, ne dépend de la quantité/qualité de ce que vous portez.
Et que tout dépend en fait, du respect que vous porterez aux formes et aux couleurs dont la nature vous a doté.e.

Sur cette photo que je vous propose d’elle, vous voyez April Benayoum dans un environnement aux couleurs chaudes.
Tout autour d’elle, sur cette photo, est dans des nuances chaudes.
Son maquillage est dans des tons dorés/orangés. Comme sa robe et ses bijoux, qui semblent montés sur de l’or. Comme le carrelage qui vient en fond d’image, qui tire sur le corail.

Sur cette photo, vous voyez d’elle une chose, essentiellement une zone qui forme un T sur son visage.
Une zone de son visage mise en avant, qui se compose du regard et de la zone médiane du visage, englobant l’arrête du nez et le sourire.

Dans un environnement aux couleurs chaudes, on voit ce qu’April Benayoum a de plus joli et de plus expressif à nous montrer.

Elle est juste superbe. Elle rayonne.
En la regardant ainsi, on aurait juste envie d’avoir cette même facilité qu’elle à briller.

Mais j’aimerais vous montrer que, alors même que cette jeune femme est superbe, rien ne lui est donné par hasard, non plus. 

Autre image, autre ambiance.

April Benayoum Evygraph Relooking Colorimétrie

Crédit photo : Evygraph

J’avais initialement eu envie de vous montrer une autre photo d’elle que celle-ci.
Une photo, postée sur son profil Instagram le 29.12.20, sur laquelle on voit April Benayoum debout, cheveux détachés, dans des couleurs d’hiver, froides (vert sapin/ blanc/ noir).
Sur cette photo que je ne vous montre pas, on voit de son visage essentiellement son front, ses joues et le contour. On voit beaucoup sa tenue. Et très peu de son rayonnement naturel.

Vous auriez cependant pu arguer que les mises en scène entre les deux photos n’avaient rien à voir et que donc mon analyse était faussée par l’environnement.
Je vous laisse donc aller regarder ce cliché par vous-même (ici sur le compte Instagram officiel d’April Benayoum), et vous propose, en alternative, cette image.

Une photo sur laquelle April Benayoum se trouve maquillée dans les mêmes tons chauds et dorés que sur la photo d’introduction que je vous ai proposée.
Elle a une coiffure un peu plus sophistiquée.
Une monture de boucles d’oreilles qui a l’air d’être en or blanc (= froid). Et une robe noire.
Le noir, une couleur froide par excellence.

Observez comme son visage a l’air plus fermé, comme tout à coup l’arrête de son nez se dessine différemment et semble un peu plus large. Comme on voit un peu plus fort ses pommettes, au détriment du contour de ses lèvres. 

Observez comme tout à coup, aussi, votre oeil est attiré par son décolleté.

Vous pensez qu’on voyait moins sa poitrine sur la photo précédente ?
Allez jeter un oeil.

Eh non, on voyait beaucoup plus de la naissance des seins d’April Benayoum sur la photo d’introduction et pour autant, votre oeil n’était pas attiré là.
Il était naturellement attiré par son regard, son sourire et ce qu’elle avait à vous dire.

Et pour enfoncer le clou un peu plus fort… je vous offre cette photo d’elle.

Crédit photo : Evygraph

Juste au cas où, aussi, vous auriez cherché à m’expliquer qu’on voyait moins son visage sur la seconde photo, simplement parce qu’elle souriait moins sur cette photo d’elle, que sur la première.

Observez comme sur cette dernière photo, on voit encore plus profondément dans son décolleté.
Comme ses lèvres ne dessinent aucun sourire.
Et comme pourtant, votre oeil est comme aimanté par son visage, l’expression de son regard.

Ce que je vous partage vaut pour la femme qui a été élue 1ère Dauphine de Miss France cette année.

Mais cela vaut aussi quotidiennement pour vous, pour chaque homme et chaque femme que vous croisez.

Connaître et re-connaître les couleurs qui vous mettent en valeur, vous, vos idées, vos valeurs, vos projets, ça n’est pas un simple passe temps du mercredi à midi.
Cela vous permet de savoir où votre interlocuteur porte son regard.
Et s’il est réellement prêt à vous écouter.

Ça vaut le coup de l’explorer, non ?

Si vous souhaitez connaître la palette des couleurs qui vous met en valeur, je vous retrouve avec plaisir lors du prochain atelier colorimétrie que j’anime.
Retrouvez toutes les infos ici.

.

Décrypter l’élection de Miss France 2021 (Miss France et l’élection qui a tenu à un fil) m’a fait entrer dans l’univers de chacune des 5 Miss finalistes du concours.
Découvrir que, belles comme elles sont, elles sont capables de commettre des erreurs qui peuvent leur coûter la première marche d’un podium, m’a interpelée.
Dans le prochain article, je vous parlerai de Miss Côte d’Azur. Une jeune femme brune et belle. Qui s’est laissée photographier en rouge… Vous aurez compris que peut-être aurait-elle mieux fait de l’éviter.

À PROPOS DE CÉCILE KRÉE

Nous sommes tous et toutes différent.e.s. Et nous vivons dans un monde totalement normé. Notamment lorsqu’il s’agit de nous habiller.

C’est en comprenant l’intrication des hors de la norme corporels, sensoriels et intellectuels, que j’ai buté sur les limites du conseil en image, fait de règles un peu vite faites.
Car si on comprend facilement que le hors de la norme physique demande des adaptations de coupe, on ignore qu’il s’accompagne souvent de hors de la norme sensoriels. Qu’une hypersensibilité émotionnelle est très souvent accompagnée d’une hypersensorialité, qui place les sens en éveil perpétuel. On ignore généralement l’impact que cela a dès que l’on porte un vêtement sur soi, dans nos rapports à notre corps, mais aussi dans nos rapports aux autres.

C’est parce que j’ai trouvé cette intrication passionnante et pourtant rarement documentée, que je vous partage mes découvertes, mes analyses.

Bienvenue dans mon univers, où le vêtement et l’accessoire portent avec vous, vos valeurs, vos idées, vos projets.

JE M’INSCRIS A LA NEWSLETTER

RESTONS EN CONTACT