Charles, mi-figue mi-raisin

le Post Du Mercredi #3

Prince Charles parÊtre relooking colorimétrie

Crédit photo : Express Syndication/ Bestimage

Avec les #PostDuMercredi, je vous amène à prendre conscience de l’impact qu’a un vêtement, une tenue, dans vos relations aux autres. Comment, par un simple vêtement, il vous est possible de donner envie de vous faire entendre ou à l’inverse, vous faire totalement oublier.
Comment, si vous avez tendance à le subir aujourd’hui, vous pouvez commencer à en jouer demain.

Pour cela, je vous commente les tenues de personnalités publiques.
Le genre de personnalités sur lequel nous aimons projeter nos en-vies de pouvoir, de beauté, de notoriété aussi.

Ces décryptages, qui déshabillent aussi bien les hommes que les femmes, ont pour vocation de permettre à chacun.e d’habituer son oeil à reconnaître le beau, l’assorti, le bien assemblé, le coordonné.
Celui qui nécessairement, vous mettra en valeur. Quelles que soient les circonstances que la vie vous fait traverser, quand bien même vous seriez un peu fatigué.e, un peu secoué.e.
Pour vous permettre d’impacter les autres, avec justesse et accompagner au mieux vos intentions.

Je vous parle aujourd’hui de Charles Windsor, Prince de Galles.

Je ne vais pas vous présenter le Prince Charles.
Autant la Reine Maxima des Pays-Bas dont je vous ai parlé récemment (Maxima, quand elle rayonne et Maxima, un jour de grise mine) est assez méconnue en France, autant le Prince Charles… on a l’impression d’être nés avec lui. Et pour cause.

Il est l’héritier au trône d’Angleterre depuis 62 ans.

Imaginez un peu… C’est un homme qui a fait carrière à attendre un poste qui ne s’est jamais libéré.
Il a l’âge d’être à la retraite d’un travail qu’il n’a jamais pu exercer.

On a connu des Rois et des Reines qui ont abdiqué au bénéfice de leurs fils, comme la Reine Beatrix des Pays-Bas ou le Roi Juan Carlos d’Espagne.
Mais la Reine d’Angleterre semble peu décidée à laisser son fils prendre ses rôles de Roi d’Angleterre, Chef du Commonwealth ou encore gouverneur suprême de l’Eglise d’Angleterre.

C’est en voyant cette photo du Prince de Galles que je me suis dit qu’on pouvait peut-être arriver à comprendre, pourquoi cet homme véhicule sur lui l’image d’un homme coincé, semblant manquer d’empathie, et en quoi cette image qu’il nous offre de lui a pu lui porter préjudice dans ses prétentions professionnelles.

Parce que… « coincé », c’est l’image que le Prince Charles renvoie de lui depuis de nombreuses années. Une image qui nous fait penser de lui qu’il ne sait pas se détendre.
Même sur des portraits familiaux sur lesquels il posait il y a 30 ans avec Diana et ses enfants, on connait peu de clichés de lui sur lequels il a l’air détendu, à l’écoute, empathique. 

J’ai trouvé cela tellement surprenant, que j’ai choisi de décrypter pour vous ces petits détails qui font toute la différence, pour vous permettre de faire mieux que ce roi en devenir qui n’y arrive pas, et mettre en avant vos qualités d’empathie et d’écoute. Vos valeurs, aussi.

Sur la photo que je vous propose aujourd’hui, on voit le Prince de Galles, dans un costume trois pièces, on ne peut plus classique. 

D’un homme de 72 ans, aspirant au trône d’Angleterre en même temps… on attend le classicisme du costume. La cour d’Angleterre n’est pas réputée pour être la plus versée vers le modernisme d’Europe.

La surprise que l’on a en regardant cette photo vient, non pas de la forme du costume porté par le Prince, mais de sa couleur, assez inhabituelle pour un costume de ce classicisme.

Sur cette photo, le Prince de Galles porte un costume gris. Gris chaud.

Pour vous permettre de comprendre les nuances de couleurs froides et couleurs chaudes, je vous invite à vous imaginer peintre.
Avec les trois couleurs primaires, pour vous faciliter la tâche, sur votre palette, je mets aussi à votre disposition du blanc et du noir.

Regardez les vêtements que vous portez sur vous, vos accessoires.
Comment reconstitueriez-vous leurs couleurs si vous aviez à les recréer avec du jaune, du bleu, du rouge, du blanc et du noir ?

Pour créer des couleurs froides, vous allez essentiellement utiliser du bleu et du rouge, du blanc et du noir pour créer du gris.
Pour créer des couleurs chaudes, vous allez utiliser surtout du jaune, y ajouter du bleu, pour créer des verts, ou du rouge, pour créer des orangés.

C’est une théorie rapide de la couleur qui va vous permettre maintenant de venir un cran plus loin avec moi.

Dans une garde-robe, évidemment, cette théorie trouve rapidement sa limite.
Dans une garde-robe, on va remarquer que, de chaque couleur, on va pouvoir trouver une version froide et une version chaude.

On va remarquer rapidement qu’il existe des jaunes froids et des jaunes chauds. Des rouges froids et des rouges chauds. Des bleus froids et des bleus chauds.

On va constater qu’il existe des gris froids et des gris chauds.

Un gris froid sera un mélange de noir et blanc, avec éventuellement une pointe de bleu ou de rouge.
Quand un gris chaud sera fait de noir et blanc avec une touche de jaune.

De la même manière que Maxima des Pays-Bas était mise en valeur par le palette de couleur chaude et éteinte d’Automne (comme je vous l’expliquais ici), nous retrouvons, le Prince Charles mis en valeur par cette même palette, dans une version cependant plus adoucie.

Son costume gris chaud lui va donc à merveille.

Observez cette affirmation, sur la photo, avec la couleur de ses yeux.

Avec ce costume gris chaud, le Prince nous laisse voir la douceur de son regard.
Remarquez à quel point la couleur des yeux de Charles Windsor est subtile.
Dans un ton gris, tirant sur le kaki. Avec des tâches un peu plus sombres en bordure externe des iris. Un regard assez doux, finalement, que je crois, on méconnait totalement.

On dit que les yeux sont le miroir de l’âme. En accompagnant la couleur de son regard de la couleur de son costume, Charles nous ouvre une porte, nous donne une voie d’accès à sa personnalité. Fait de la place à la potentialité de son capital empathique. Nous permet d’être en lien avec lui.

Or, on n’est pas attiré naturellement par le Prince Charles. On n’entre pas naturellement dans une dynamique de dialogue avec lui.

Il a choisi de créer une dissonance visuelle entre ses couleurs personnelles et celles qui entourent son visage.

Si le costume que porte le Prince Charles est de couleur chaude, sa poitrine, sa gorge et sa tête son recouvertes de couleurs froides.

Blanc, rose, noir sont des couleurs froides.

En créant une dissonance visuelle avec d’un côté la couleur de son costume aves ses couleurs personnelles et de l’autre, les couleurs de sa chemise, sa cravate et son haut de forme, le Prince Charles nous envoie un message d’incohérence personnelle.
A la fois d’ouverture à lui et de fermeture à sa parole (avec le combiné col blanc/cravate rose qui vient enserrer sa gorge).

Alors que l’œillet de sa boutonnière est dans un ton de rose/violacé chaud, alors que la couleur de sa pochette est dans des tons de gris chauds et ivoire/crème en parfaite adéquation avec son costume, et qu’il aurait pu continuer à jouer sur ces tons qui lui vont si bien pour le choix de sa chemise et de sa cravate, Charles décide de ne pas créer d’unité. Décide de trancher.

Or, en créant le décalage entre l’unité costume/regard qui nous laissait accès à sa personnalité, avec sa chemise à col blanc et sa cravate rose, Charles nous dit à la fois : je suis prêt à vous laisser entrer dans mon univers – et – j’ai quelque chose de coincé en travers de la gorge.

Qu’aurait-il pu faire autrement pour nous permettre de le percevoir dans toute sa richesse et ses compétences personnelles ?

Il aurait pu porter une chemise dans un ton ivoire qui aurait repris la couleur de fond de sa pochette.
Il aurait pu porter une cravate rose, dans un ton un peu plus éteint et chaud. Ce qu’on nomme communément le « vieux rose ».
Il aurait pu, en amenant aussi peut-être un message de modernité, choisir un haut de forme gris, en harmonie de couleur avec son costume. A l’instar de la silhouette masculine que l’on aperçoit en arrière plan de la photo.

Alors, le Prince Charles nous aurait envoyé un message cohérent qui l’aurait laissé voir et nous aurait donné envie de converser avec lui.

Cela fait 62 ans que cet homme attend.
Attend de jouer le rôle pour lequel il a été formé. Attend de prendre le pouvoir.
Attend, en nous envoyant le message qu’il a quelque chose qu’il n’arrive pas à exprimer.

Je crois, personnellement, qu’à ce jeu-là, il risque fort de passer à côté du rôle de sa vie…

Dans mon prochain article, je continue le décryptage de la chemise, en vous parlant de Robert Kennedy Jr, un homme qui connaît les dangers de se laisser trop voir et se cache admirablement dans ses chemises blanches !
Cette chemise formelle que l’on porte avec un costume.
Qu’elle soit pour homme, avec une veste de costume, qu’elle soit pour femme, avec une veste de tailleur.
Qui peut être classique ou moderne. En fonction de sa coupe.
Que l’on imagine souvent blanche pour donner à sa tenue un côté chic.
La chemise/le chemisier blanc, qui s’avère, pour beaucoup d’entre vous, être en fait un parfait moyen de couper votre cohérence visuelle au niveau de la gorge et d’envoyer alors le message que vous n’arrivez pas à vous exprimer.

À PROPOS DE CÉCILE KRÉE

Nous sommes tous et toutes différent.e.s. Et nous vivons dans un monde totalement normé. Notamment lorsqu’il s’agit de nous habiller.

C’est en comprenant l’intrication des hors de la norme corporels, sensoriels et intellectuels, que j’ai buté sur les limites du conseil en image, fait de règles un peu vite faites.
Car si on comprend facilement que le hors de la norme physique demande des adaptations de coupe, on ignore qu’il s’accompagne souvent de hors de la norme sensoriels. Qu’une hypersensibilité émotionnelle est très souvent accompagnée d’une hypersensorialité, qui place les sens en éveil perpétuel. On ignore généralement l’impact que cela a dès que l’on porte un vêtement sur soi, dans nos rapports à notre corps, mais aussi dans nos rapports aux autres.

C’est parce que j’ai trouvé cette intrication passionnante et pourtant rarement documentée, que je vous partage mes découvertes, mes analyses.

Bienvenue dans mon univers, où le vêtement et l’accessoire portent avec vous, vos valeurs, vos idées, vos projets.

JE M’INSCRIS A LA NEWSLETTER

RESTONS EN CONTACT