Kamala et le bouton qui tue

le Post Du Mercredi #18

Kamala Harris parÊtre relooking

Crédit photo : Lawrence Jackson

Avec les #PostDuMercredi, je vous amène à prendre conscience de l’impact qu’a un vêtement, une tenue, dans vos relations aux autres. Comment, par un simple vêtement, il vous est possible de donner envie de vous faire entendre ou à l’inverse, vous faire totalement oublier.

Comment, si vous avez tendance à le subir aujourd’hui, vous pouvez commencer à en jouer demain.

Pour cela, je vous commente les tenues de personnalités publiques.
Le genre de personnalités sur lequel nous aimons projeter nos en-vies de pouvoir, de beauté, de notoriété, aussi.

Ces décryptages, qui déshabillent aussi bien les hommes que les femmes, ont pour vocation de permettre à chacun.e d’habituer son oeil à reconnaître le beau, l’assorti, le bien assemblé, le coordonné.
Celui qui, nécessairement, saura vous mettre en valeur. Quelles que soient les circonstances que la vie vous fait traverser, quand bien même vous seriez un peu fatigué.e, un peu secoué.e.
Pour vous permettre d’impacter vos interlocuteurs, avec justesse et accompagner au mieux vos intentions.

Je vous parle aujourd’hui de Kamala Harris, Vice-Présidente des Etats-Unis d’Amérique.

Kamala Harris a commencé sa carrière comme juriste, devenant successivement Procureure de San Francisco, Procureure Générale de l’Etat de Californie avant de devenir Sénatrice de cet Etat.
Elle est aujourd’hui la première femme à occuper le poste de Vice-Présidente des Etats-Unis.

Née d’un père Jamaïcain et d’une mère d’origine indienne, Kamala Harris est une très belle femme. En la regardant, on ne peut avoir aucun doute que le mélange des cultures est une richesse.

Par ailleurs extrêmement souriante, le regard toujours lumineux, elle est un exemple intéressant à suivre je trouve, quand on est prêt.e à accepter qu’il est possible pour une femme d’être belle et brillante à la fois. 

Depuis toujours, pour sa garde-robe professionnelle, Kamala Harris a adopté un look classique.

Elle porte régulièrement un tailleur pantalon noir, sur un haut souvent de couleur crème ou blanc, des boucles d’oreilles et un collier de perles.
Cette forme de classicisme dans sa garde-robe lui offre une image publique stable. 

On peut envisager que ce costume qui a peu varié au fil des 30 dernières années, lui a permis de permettre de se faire connaître et reconnaître pour ses compétences.
En limitant les commentaires sur ses tenues. 

C’est au vu de son élection de l’automne 2020, un pari gagné. 

Maintenant, j’aurais aimé pouvoir continuer dans cet article à vous parler de Kamala Harris en termes ronds et doux.
J’aurais aimé pouvoir vous dire qu’elle commet un sans faute dans sa garde-robe, aimé pouvoir vous dire, comme je la trouve belle, intelligente. Et bien habillée.

Malheureusement, une fois encore, je vais vous partager mon désarroi.

Je vais vous partager mon incompréhension de me trouver face à une des femmes les plus puissantes, économiquement parlant, de la planète, et de son choix de nous priver du plaisir de montrer ce qu’elle porte de plus beau en elle. 

Pour cela, je vais vous parler aujourd’hui de la tenue choisie par/ pour elle sur son portrait officiel de Vice-Présidente des Etats-Unis.

Observez cette photo d’introduction que je vous propose de Kamala Harris aujourd’hui.
C’est la photo officielle de la Maison Blanche, de Madame la Vice-Présidente.

On y voit une femme, dont le regard et le sourire sont habités, et comme magnétiques.
Une femme légèrement maquillée (hors contour des yeux) dans des tons chauds, qui rehaussent ses couleurs naturelles.
Un sourire brillant, naturellement souligné par des bijoux en or et perles, dont la couleur tend vers l’ivoire.

En dehors du contour de ses yeux, qui auraient eu plus d’éclat s’ils avaient été entourés de marron plutôt que de noir, on ressent une justesse totale sur les couleurs qui entourent le visage de Kamala Harris.

Si la justesse était absente, nous aurions envie de lui rajouter un peu plus de fard à joue, un rouge à lèvres à la couleur plus soutenue, pour tenter de lui donner meilleure mine.

De cette courte analyse, on peut déduire que Kamala Harris est mise en valeur par les couleurs d’automne. 

Des couleurs chaudes, douces, qui pourraient être pour elle, aussi intenses, dans des tons d’orangés, violets, marrons, certains rouges par exemple.
La même palette de couleurs qui valorisait Aurélie Roux et soulignait chez elle aussi, son métissage (Aurélie et les deux pouvoirs de beauté).

Une fois cela dit … nous pourrions regretter à nouveau le choix de couleur des blazers que porte généralement Kamala Harris (noirs) et celui qu’elle porte sur ce portrait, bleu marine.

Comme je vous l’expliquais aussi dans l’analyse du portrait de Christine Largarde, ces femmes de pouvoir font le choix de montrer leur force, leur pouvoir, leur intransigeance aussi, par un choix de couleurs issues de la palette d’hiver, plutôt que de nous donner accès à leur douceur, leur sensibilité, leurs qualités d’écoute et d’empathie en s’habillant dans la palette de couleurs qui les valorise naturellement (Christine et les nuance de gris).

Observez une fois encore à quel point c’est impactant.
Jouez à cacher le blazer de Kamala Harris avec votre main.
Voyez-vous comme son regard est tout à coup plus lumineux ? Son sourire immense ?

Maintenant, ôtez votre main.
Qu’observez-vous ?

Ce qui ressort du visage de Kamala Harris, n’est plus le triangle formé par ses yeux et la pointe de son menton.
Ce qui ressort du visage que l’on observe, c’est le contour de son visage. Ce sont les boucles d’oreille, le contour de sa mâchoire qui s’est alourdi avec les années.

Amusez-vous à réitérer cela plusieurs fois.
Observez comme d’un côté, veste cachée, on perçoit le regard, la chaleur, la douceur, l’intelligence, et comme de l’autre, on se dit que quand même la femme photographiée a un côté standardisé qui manque d’un peu de vérité.

Cela, une fois encore, est un exemple frappant du pouvoir de la couleur.

Kamala Harris, qui est mise en valeur par les couleurs chaudes que l’on retrouve dans l’ivoire de ses boucles d’oreille et l’or de son collier, se montre (avec son maquillage et ses bijoux) et se cache (avec la couleur de ses vêtements) en même temps, sur cette photo.

Et c’est dommage je trouve qu’elle n’ait pas préféré nous permettre de garder notre attention focalisée simplement sur son regard, son impétuosité, la joie que l’on ressent émaner d’elle.

Mais le problème avec ce portrait est à mes yeux plus embêtant, plus profond encore.

Kamala Harris par les choix qu’elle continue à faire pour ses tenues, oublie une chose fondamentale : le corps de la femme change, évolue au fil du temps.
Et sa garde-robe n’a de justesse qu’en suivant cette évolution.

Kamala Harris aura 57 ans cette année.
Elle connaît depuis quelques années les changements de morphologie que la majorité des femmes connait après 50 ans.

Chez elle, cela s’est traduit par une prise de poids au niveau de la poitrine et du ventre.
Chez d’autres, ce sera une prise de poids localisée au niveau du bassin.
Chez d’autres encore, ce sera une prise de poids généralisée.
Pour les femmes qui ont eu tendance à la maigreur dans leurs jeunes années, ce sera une tendance plutôt à une perte de poids globale.

Des évolutions de morphologie qui ne sont pas la fin du beau du corps, loin de là !

Elles permettent de regarder le corps autrement, souligner habilement un décolleté devenu généreux, mettre l’accent sur des jambes toujours très jolies.
Ce pourrait être le moment aussi de se souvenir qu’un regard habité et un sourire jovial habillent joliment une silhouette avec laquelle on peut être tombé en léger désamour. 

L’idée que je souhaite vous faire entendre autour de ces morphologies qui changent, est qu’il est  judicieux d’arrêter de chercher à cacher ce que l’on aime moins dans son corps, pour mettre l’accent sur le beau que chacun.e porte. Il y en a toujours.

Et c’est là que la bât blesse dans l’exemple que nous donne Kamala Harris.

Maintenant que vous observez la photo dans sa totalité, observez le blazer.
Que constatez-vous a niveau du boutonnage ?

Le bouton du blazer tire. 

Des plis se forment en étoile autour de la boutonnière et du bouton.
Par ce simple effet visuel, Kamala Harris attire notre regard naturellement au niveau de sa poitrine.
Les plis créés en plein milieu devant du vêtement nous disent à quel point la poitrine de Kamala Harris est volumineuse. Et accentuent l’effet visuel de celle-ci.

Visuellement, si on regarde la photo de la tenue de Kamala Harris, on se dit qu’elle a une forte poitrine.
Vrai ou pas… la question n’est en fait pas réellement là. 

La question réside dans le fait que le vêtement ne va pas à la femme qui se trouve dedans.

Et personnellement, je trouve cela gênant sur chacun.e au quotidien.
De la Vice-Présidente des Etats-Unis, sur son portrait officiel … d’autant plus !

La question qui se pose maintenant est : avec la morphologie qu’elle doit habiller, qu’aurait pu faire Kamala Harris, pour éviter d’attirer notre regard sur sa poitrine ?

Quelque chose de très simple en fait : défaire le boutonnage de sa veste.
La théorie du bon port de la veste de costume veut que celle-ci se porte toujours boutonnée, lorsqu’on est en posture debout (sauf le dernier bouton, en bas de vêtement).
Or cette règle s’applique au vestiaire masculin. Pas nécessairement au vestiaire féminin.

La femme peut même se permettre de porter des vestes qui se rejoignent bord à bord au milieu devant, sans nécessairement devoir se fermer par un bouton.

Et c’est là, à mes yeux, que Kamala Harris commet un impaire.
Elle pourrait, tout en continuant à porter des vêtements de couleurs  qui ne la flattent pas, et qui de fait accentuent déjà le côté volumineux de sa morphologie, se permettre de porter des vestes soit déboutonnées, soit coupées sans croisure et sans boutonnage devant.

Les lignes verticales du milieu du vêtement redessineraient naturellement sa silhouette. En l’affinant.  Et le tour serait joué.

Un changement bien facile à opérer… qui modifierait radicalement notre perception de Kamala Harris en de multiples occasions, comme je vous laisse le découvrir sur ces photos que j’ai glanées d’elle sur les réseaux :

Kamala Harris relooking veste boutonnee

Crédit photo : DR

Quand il s’agit d’habiller votre morphologie, je vous entends souvent dire que votre corps est mal fait.
Que votre corps n’entre pas dans les vêtements.
Que vous aimeriez que votre corps maigrisse, ou grandisse.
Ou pour certain.e.s d’entre vous, grossisse, prenne plus de formes, plus de rondeurs.

Jamais vous ne semblez envisager que votre corps est parfait juste comme il est.

Et qu’il y a par contre des connaissances de lignes, de coupes, de matières, de jeu d’illusions d’optique à acquérir.

Cela fait indéniablement le jeu de l’industrie du prêt-à-porter.

Inlassablement, vous restez dans une frustration par rapport au vêtement, pensant que celui que vous achèterez demain sera celui qui vous ira mieux encore que tous ceux que vous avez déjà chez vous.
Inlassablement, vous continuez votre quête.
Sans fin, votre insatisfaction est nourrie. L’industrie du prêt-à-porter… s’en porte à ravir.

Une fois cependant que vous comprenez que votre corps est parfait comme il est et qu’il existe une foule de clés pour l’habiller et le rendre plus joli, plus sexy, cette insatiabilité pour le prochain vêtement s’arrête d’elle-même.

Vous savez ce qui met en valeur votre corps, votre morphologie.
Vous savez les justes couleurs, les justes formes, les justes matières.
Vous habiller devient léger. Et chaque jour vous offre l’opportunité d’un compliment sur votre allure, sur votre mine devenue radieuse.

Et c’est en cela que connaître votre morphologie, ses différences par rapport aux normes retenues pour la coupe des vêtements en prêt-à-porter, est intéressant.

C’est pour cela qu’en plus d’animer des ateliers pour vous parler de vos « bonnes » couleurs, je vous propose des ateliers autour de la morphologie féminine. 

Vous y apprendrez à reconnaitre les standards attendus dans notre société occidentale. Vous comprendrez les 5 types de morphologie qui existent quand les standards du « beau » en Occident n’en retiennent qu’une.
Vous repartirez riche de ces petits « plus » avec lesquels vous pourrez jouer pour attirer le regard sur ce que votre corps porte de beau, naturellement.

Avoir bonne mine, fière allure et rayonner au quotidien, deviendra alors pour vous, simple et facile.

Les dates des prochains ateliers colorimétrie sont à retrouver ici.
Les ateliers morphologie et style ont lieu les après-midi de ces mêmes journées.
Je vous invite à me contacter pour plus d’infos.
.

La semaine prochaine je continuerai à vous parler morphologie et mise en valeur de la silhouette.
Je vous parlerai à nouveau de Kamala Harris. Je vous parlerai de la tenue violette qu’elle portait le jour de son investiture. Une tenue jusqu’ici largement commentée pour ses messages politiques. Dont on a cependant omis de vous dire qu’elle avait un inconvénient majeur : elle manquait à mettre en valeur la femme qui la portait, elle, sa beauté, sa simplicité, sa féminité.

À PROPOS DE CÉCILE KRÉE

Nous sommes tous et toutes différent.e.s. Et nous vivons dans un monde totalement normé. Notamment lorsqu’il s’agit de nous habiller.

C’est en comprenant l’intrication des hors de la norme corporels, sensoriels et intellectuels, que j’ai buté sur les limites du conseil en image, fait de règles un peu vite faites.
Car si on comprend facilement que le hors de la norme physique demande des adaptations de coupe, on ignore qu’il s’accompagne souvent de hors de la norme sensoriels. Qu’une hypersensibilité émotionnelle est très souvent accompagnée d’une hypersensorialité, qui place les sens en éveil perpétuel. On ignore généralement l’impact que cela a dès que l’on porte un vêtement sur soi, dans nos rapports à notre corps, mais aussi dans nos rapports aux autres.

C’est parce que j’ai trouvé cette intrication passionnante et pourtant rarement documentée, que je vous partage mes découvertes, mes analyses.

Bienvenue dans mon univers, où le vêtement et l’accessoire portent avec vous, vos valeurs, vos idées, vos projets.

JE M’INSCRIS A LA NEWSLETTER

RESTONS EN CONTACT