Lou-Anne quand elle broie du noir

le Post Du Mercredi #10

Lou-Anne Lorphelin Colorimétrie Relooking

Crédit photo : Foxaep

Avec les #PostDuMercredi, je vous amène à prendre conscience de l’impact qu’a un vêtement, une tenue, dans vos relations aux autres. Comment, par un simple vêtement, il vous est possible de donner envie de vous faire entendre ou à l’inverse, vous faire totalement oublier.

Comment, si vous avez tendance à le subir aujourd’hui, vous pouvez commencer à en jouer demain.

Pour cela, je vous commente les tenues de personnalités publiques.
Le genre de personnalités sur lequel nous aimons projeter nos en-vies de pouvoir, de beauté, de notoriété aussi.

Ces décryptages, qui déshabillent aussi bien les hommes que les femmes, ont pour vocation de permettre à chacun.e d’habituer son oeil à reconnaître le beau, l’assorti, le bien assemblé, le coordonné.
Celui qui, nécessairement, saura vous mettre en valeur. Quelles que soient les circonstances que la vie vous fait traverser, quand bien même vous seriez un peu fatigué.e, un peu secoué.e.
Pour vous permettre d’impacter vos interlocuteurs, avec justesse et accompagner au mieux vos intentions.

Je vous parle aujourd’hui de Lou-Anne Lorphelin,
Miss Bourgogne 2020.

J’ai appris à découvrir Lou-Anne Lorphelin en commençant à décortiquer les tenues de l’élection de Miss France 2021 (Miss France et l’élection qui a tenu à un fil).
Découvert qu’elle est, entre autre, la petite soeur de Miss France 2013. 

Découvert que les passions se sont déchaînées contre elle après son élection, comme si le fait que sa soeur ait reçu la même écharpe régionale qu’elle, 8 ans auparavant, avait eu une incidence quelconque sur le choix du jury bourguignon à l’automne dernier.

C’est avec un peu de surprise que j’ai personnellement accueilli cette information.

Si Lou-Anne Lorphelin avait dû être favorisée d’une manière quelconque pour son élection, cela devrait se voir sur les photos d’elle qu’on voit sur les réseaux sociaux. N’est-ce pas ?

Si Lou-Anne Lorphelin avait reçu tant de bons conseils de sa grande sœur élue Miss France 8 ans auparavant, elle serait parfaitement mise en valeur, chaque jour, chaque fois qu’elle publie une photo d’elle. N’est-ce pas ?

Elle aurait reçu de si bons conseils qu’elle ne ferait aucune faute de goût, aucune faute de choix, qu’elle serait toujours mise en valeur de manière exceptionnelle et qu’effectivement, alors, on pourrait considérer qu’elle ne joue pas jeu égal avec ses concurrentes à l’élection de Miss Bourgogne 2020.

Or, en parcourant ses publications Instagram, j’ai été loin de ce constat.

En parcourant le fil Instagram de Lou-Anne Lorphelin, j’ai été loin de constater qu’elle savait toujours se mettre en valeur, sur les photos qu’elle publie d’elle.

Et c’est là que je souhaite vous interroger.

Vous me le dites si souvent lorsque nous travaillons votre image, que ce soit en ateliers ou en accompagnement individuel : vous doutez de vous, de la beauté de votre corps, de sa valeur et par voie de conséquence de votre valeur.

Ce que j’aimerais vraiment arriver à vous démontrer au fil de ces publications hebdomadaires, c’est que l’on peut être une femme jeune et très jolie et pourtant ne pas savoir se mettre en valeur, encore. Que l’on peut être un homme beau et avenant, et faire douter de soi, aussi.

Qu’être jeune et très jolie n’est pas une condition pour une femme pour avoir l’air belle, avenante, empathique, à l’écoute. Qu’avoir l’air belle, avenante, emphatique et à l’écoute, est affaire de codes et de clés.

Avoir l’air beau.belle, avenant.e, emphatique, à l’écoute, est avant tout une affaire de codes et de clés.

Avoir l’air beau ou belle, c’est une fine combinaison des justes couleurs, des formes qui vont valoriser, souligner les vôtres quelque soit leur rondeur ou leur maigreur, et de styles. Aussi.

Que de votre côté de l’écran, le raccourci que vous avez pris l’habitude de faire c’est de dévaloriser le corps et la beauté que la nature vous a donnés parce que vous ne savez pas toujours comment les habiller, comment les valoriser. Surtout lorsqu’ils diffèrent des standards que l’on vous propose en photos dans les magazines.

De votre côté de l’écran vous avez pris l’habitude de dévaloriser votre corps et son image, alors qu’il vous manque simplement les codes et les clés.

Pour commencer cet article, je vous ai présenté Lou-Anne Lorphelin dans ce qu’elle a de plus beau et de plus juste à offrir.

Vous voyez sur cette photo Lou-Anne Lorphelin dans une palette de couleurs (automne – fauve et ivoire, bijoux dorés) en totale adéquation avec ses couleurs naturelles, un style à la fois classique que l’on retrouve dans le tailleur et une coiffure travaillée, mêlé de touches de romantisme, que l’on perçoit avec la dentelle de son haut, ses bijoux fins et les boucles de ses cheveux.
Tout est juste, sur ce cliché, en terme de couleurs et en terme de styles, pour elle.

Pour cette photo, le photographe a fait le choix d’un arrière-plan noir.

Le noir, une couleur froide, qui ne fait pas partie des couleurs qui mettront Lou-Anne en valeur.

Vous aurez peut-être remarqué que pour tenir un format de photos constant sur les photos d’entête de mes #PostDuMercredi, je suis parfois amenée à les encadrer de couleur.
J’ai décidé d’encadrer les personnalités aux couleurs chaudes d’automne et du printemps d’un cadre gris – chaud – et les personnalités aux couleurs froides d’hiver et d’été, d’un cadre noir – froid.

Puisque l’arrière-plan de la photo était cette fois-ci noir, je me suis interrogée sur le juste fond de couleur à rajouter.

Gris chaud pour coller aux couleurs de la femme que l’on voit ?
Ou noir, froid, en rappel des couleurs d’arrière-plan de la photo ?
J’ai testé les deux, et j’ai été une nouvelle fois interpelée par l’impact de la couleur sur la femme que l’on voit.

Je vous laisse comparer.

Lou-Anne Lorphelin parÊtre Colorimétrie

Crédit photo : Foxaep

Je vous laisse comparer tout en vous précisant que l’une et l’autre photo sont de qualité d’image identiques.

Comparez.
Et peut être constaterez-vous qu’à qualité de photos égale, le rendu n’est pas le même.
Sur la photo avec le fond noir, les traits de Lou-Anne Lorphelin ont l’air moins nets. Moins fins. Ses cheveux un peu moins dorés. 

Elle a l’air un peu plus renfermée, difficile à appréhender, sur la photo avec le fond noir que sur la photo avec le fond aux couleurs chaudes.

Jusqu’à présent, j’avais pu vous montrer en m’aidant de photos avec des poses similaires des personnes dont je vous commentais la tenue, l’impact d’une mauvaise couleur sur le langage non verbal. J’avais pu vous expliquer comme l’impression générale qui se dégageait d’une même femme différait largement selon les couleurs de ses vêtements (Lara, attirante ou aguichante).

Or, si les choses semblaient similaires sur les photos, il pouvait toujours rester le doute de l’impact de l’éclairage, de l’intention du photographe, comme du modèle, de faire passer un autre message.

Aujourd’hui, j’utilise exactement la même photo.
Et vous observez que la couleur du cadre a un impact sur votre ressenti de la femme que vous voyez.

Là où sur la photo avec le fond gris, le cadre semble l’emmener et la porter, sur l’autre, il semble au contraire l’enfermer.

Nous parlons ici d’une femme à la plastique parfaite, prise en photo dans une tenue parfaite pour elle, que ce soit en termes de couleurs ou en termes de styles.

Alors, de grâce, soyez doux.ce avec vous.
Quand vous commencez à vous juger en vous regardant dans le miroir, stoppez la petite musique ingrate qui vous tourne dans la tête.

Acceptez simplement l’idée que vous n’avez sans doute pas les codes, ni les clés.

Qu’il ne tient qu’à vous de tout faire bouger.
Que les choses peuvent commencer à s’améliorer rapidement déjà en travaillant sur la couleur de vos vêtements.

Votre garde-robe recèle mille trésors. Certains sont faits pour vous, d’autres pas.
Il ne s’agit pas de commencer à aller acheter plus.
Il va commencer par s’agir pour vous de décoder, puis de trier.

Enlever tout ce qui n’est plus adapté en terme de couleur.

Vous constaterez alors que votre garde-robe est encore bien fournie. Suffisamment pour vous permettre de commencer à la reconstruire plus juste et plus adaptée à partir du moment où vous l’aurez décidé.

Subir le moment de s’habiller le matin n’est pas une fatalité, quelque chose sur lequel vous n’avez aucun pouvoir.

Continuer à croire que les autres sont beaux.belles mais que pour vous, la fée qui s’est penchée sur votre berceau a oublié ce type de qualités, n’est qu’affaire de croyances limitantes.

Tous et toutes êtes dotés de belles qualités physiques. Simplement, vous l’avez oublié.

Si vous avez envie de commencer à sortir du cercle vicieux dans lequel vous vous sentez enfermé.e chaque matin au moment de vous habiller, je suis à votre écoute pour vous accompagner, soit lors d’ateliers en groupe, soit en accompagnement individuel.

Si vous souhaitez commencer par découvrir la palette des couleurs qui vous met en valeur, je vous retrouve avec plaisir lors du prochain atelier colorimétrie, qui aura lieu le 13 février. Retrouvez toutes les infos pratiques ici.

.

Dans chaque article, je décrypte pour vous la tenue d’une personnalité publique, pour vous permettre de comprendre le pouvoir des couleurs, des matières et des formes, dans votre rapport aux autres.
Décrypter l’élection m’a fait entrer dans l’univers de chacune des 5 Miss finalistes du concours Miss France 2021. Découvrir que belles comme elles sont, elles sont capables de commettre des erreurs qui peuvent leur coûter la première marche d’un podium m’a interpelée.

Dans le prochain article, je vous parlerai à nouveau de Miss Bourgogne 2020.
Je vous expliquerai à l’aide de deux, peut être trois, photos, comme on peut être  jolie comme un coeur, la petite soeur d’une Miss France et encore passer à côté de sa justesse. Celle qui permet de se laisser voir, soi, sa beauté, ses valeurs et ses idées. 

À PROPOS DE CÉCILE KRÉE

Nous sommes tous et toutes différent.e.s. Et nous vivons dans un monde totalement normé. Notamment lorsqu’il s’agit de nous habiller.

C’est en comprenant l’intrication des hors de la norme corporels, sensoriels et intellectuels, que j’ai buté sur les limites du conseil en image, fait de règles un peu vite faites.
Car si on comprend facilement que le hors de la norme physique demande des adaptations de coupe, on ignore qu’il s’accompagne souvent de hors de la norme sensoriels. Qu’une hypersensibilité émotionnelle est très souvent accompagnée d’une hypersensorialité, qui place les sens en éveil perpétuel. On ignore généralement l’impact que cela a dès que l’on porte un vêtement sur soi, dans nos rapports à notre corps, mais aussi dans nos rapports aux autres.

C’est parce que j’ai trouvé cette intrication passionnante et pourtant rarement documentée, que je vous partage mes découvertes, mes analyses.

Bienvenue dans mon univers, où le vêtement et l’accessoire portent avec vous, vos valeurs, vos idées, vos projets.

JE M’INSCRIS A LA NEWSLETTER

RESTONS EN CONTACT